Comme on le sait bien, la Révolution tranquille apporta son lot d’artistes délirants et de poètes disjonctés.  Ses figures poétiques et musicales les plus célèbres montrent bien que l’heure était alors à la libération des carcans traditionnels de la belle langue et de la musique bien-faite.  Peut-être en fait pour mieux retrouver le sens profond de ces genres, soit le cri de l’artiste face à ce qui l’entoure (tu n’es pas seul Daniel…).

Écoutez d’abord cet extrait vidéo d’un film de l’ONF sur Claude Gauvreau (il faut avoir Realplayer).  Je crois qu’il s’agit sutout d’un extrait de la célèbre Nuit de la Poésie du 27 mars 1970.

Ensuite, pourquoi pas un peu de l’incontournable Raoul Duguay ?  C’est si beau de le voir avec son kit d’anatomie…


«Allô» dans L’Infonie (1975?)

Puis allons-y donc avec de bons vieux clips de Robert Charlebois.  Même si on ne le voit pas chanter, je trouve que ça reste quand même dans l’ambiance Wouf Wouf.  Surtout le mélange ou le collage entre poésie/délire et réel/politique…


Robert Charlebois Tout écartillé (1969)


Robert Charlebois Québec Love (1969)

Peace.

Publicités